Archives de catégorie : Récit Trail

Millau 2017- Ecotrail 2018 – Ultramarin 2018

2017-2018, Ultras DANTESQUES !

L'ultramarin en video : Cliquez ICI

Millau

Petit Flashback

30 Septembre, devant la mairie de Millau, l’équipe ACB au complet prend le départ devant Mme Laura Flessel, Ministre des Sports, impressionnée par toute cette foultitude de coureurs prêts à en découdre avec les 100 bornes.

Certains nous regardaient de travers, nous prenaient pour des fous furieux… Je confirme, il nous manque des vis dans le cerveau pour affronter MILLAU et ses difficultés.

Les Warriors sont là au complet : Titi, Steph, Chang, Pascale, Bill, Erick, Georges, Ninja.

Les accompagnateurs, Flo, Alain, nous attendaient au 7 ième kilomètre. En effet pour des raisons de sécurité,  le règlement stipule que les vélos et les coureurs ne doivent pas prendre le départ ensemble.

Moi, Kirikou, le Ninja de l’ACB et néophyte dans l’âme dans cette distance, je n’ai pris aucun risque et j’ai donc pensé qu’il était judicieux de prendre mes précautions avant le départ. J’avais décidé la veille de me munir de mon KWAY.

D’ après la météo, le beau temps devait se transformer en désastre. Dès le départ, j’avais mon K-WAY, attaché autour de la taille, j’étais persuadé de son utilité lors de la course.

Au bout de 7 kilomètres, la vérité éclata, une pluie torrentielle s’abattit sur nous. Le parcours jalonné d’accompagnateurs depuis le 7ième kilomètre, tous en selle sur leurs vélos, changea aussitôt de physionomie. La fatigue causée par la pluie, les frottements des pieds dans les chaussures mouillées, tout ce cocktail durcissait la course. Courir cette longue distance sans chaussures de rechange et en ayant les vêtements et les chaussures complètement  trempés,  ce n’était pas un cadeau. Mais on ne commande pas le beau temps comme pour une pizza. La météo capricieuse nous rendit la vie dure, les ampoules, la chaleur, l’humidité, c’était la panoplie des guest-stars indésirables. C’est Millau qui va décider de notre sort…

J’avoue que j’ai eu quelques difficultés à courir les pieds mouillés et à lutter contre le froid pendant les 50 premiers kms.  La pluie dura longtemps, des heures qui semblaient interminables.

Alain, notre coach (Maitre Yoda), était aux aguets sur son vélo pour tempérer mes ardeurs car sentant que je courais derrière Titi Le Boss, sans me rendre compte de ma vitesse trop rapide, il m’informa que la course ne commençait réellement qu’après le 50 ième km. Le message était passé et j’ai pu gérer ma course jusqu’au ravitaillement de Saint-Affrique au kilomètre 72 puis je repris confiance pour attaquer une des parties les plus difficiles car dotées de montées dans l’obscurité et dans la solitude sans accompagnateur.

Avant la course j’avais déjà entendu parler de la fameuse «Bête du Gévaudan». Dans l’obscurité, il y a eu des moments de doute sur son existence. Je me suis posé la question de savoir si le mythe pouvait devenir réalité, si cette bête n’était pas en train de me poursuivre. J’ai vu un panneau marqué «Gévaudan» et  malgré la fatigue il fallait cavaler et finir ma course avant d’être dégusté comme un steak par ce molosse.

Ce serait quand même dommage et «bête» de quitter le Val d’Oise pour courir l’Ultra de Millau et de finir dans le ventre de la «Bête du Gevaudan» ! Voilà une idée pour un nouveau dessin animé, genre «Kirikou et la bête du Gevaudan» !

Je n’ai que des bons souvenirs de ce RUN, mon premier ULTRA que je bouclais en 11h 59min 59 secondes loin derrière les autres coureurs aguerris de l’ ACB.

J’étais content d’avoir fini, sain et sauf, sans blessures. J’étais très content pour notre club qui avait aligné beaucoup de nouveaux coureurs sur cette distance.

Nous sommes centbornards !

 

Next challenge !

Le Grand RAID du Morbihan

 

  • Tes jambes à ton coup tu prendras en Juin !
  • La coupe du monde t tu t’en footeras, tu courreras !
  • Les rives obscures bretonnes tu affronteras  !
  • Des foulées dantesques dignes de l’ Ecotrail  tu enverras !
  • La nature bretonne tu dompteras !
  • Le tapis rouge breton tu fouleras  avec tes «Fallettes», Claire, Maty, Amina !
  • Les ampoules et les blessures tu soigneras !
  • Maître Yoda tu remercieras 

Au moment ou j’écrivais les lignes, j’avais reçu le mail suivant :

« Conseils de la vice-présidente de l’ Ultramarin »

Bon courage à tous ceux et celles qui se préparent à un gros week end de rando course. L’accumulation de ces heures d’entraînement à faible intensité vous rapproche des conditions de la course. Profitez en pour tester votre matériel et votre alimentation. Vous pourrez continuer à renforcer vos fibres musculaires en adoptant l’allure marche rapide, et vous aurez peut-être à gérer les premiers désordres gastro-intestinaux. Ne négligez pas votre équipement, surtout si vous avez une partie de nuit. Préparez votre itinéraire et n’oubliez pas de prévenir votre entourage. Munissez-vous de votre matériel de sécurité (couverture de survie,…).Respectez votre allure à faible intensité. N’oubliez pas que la vitesse moyenne du Grand Raid est d’environ 6Km/H ! Hydratez vous régulièrement. Vous pourrez partager quelques heures de rando avec des amis ou des membres de votre famille. Allez chercher vos limites, sans les dépasser, et apprenez à mieux connaître les réactions de votre organisme. Ensuite vous pourrez profiter de 2 ou 3 jours de récupération bien mérités. Bon week end. »

La messe était dite……

 

Ce GRAND RAID DU MORBIHAN,  c’est vraiment un SACRE MORCEAU !

Après Milllau, on avait lancé l’idée de s’inscrire pour les 177 kms du GRAND RAID du MORBIHAN. On en a discuté sur la route en revenant de Millau. Bill, Georges, Pascal étaient tous partants,  chauds bouillants.

Une blague, un pari, une idée….Je dirai simplement que l’envie commençait à naître et à germer dans nos têtes.  La suite vous la connaissez, les 7 Warriors, les 7 mercenaires de l’ ACB se sont inscrits :

Thierry, Chang, Stephane, Pascale, Georges, Ninja

Maître Yoda, Alain, notre Illustre coach n’ avait pas tardé à peaufiner le plan d’entraînement.

J’ai commencé mon entraînement par des sorties au Bois de Boissy et en forêt de Montmorency et en complément j’ai suivi le groupe inscrit à l’ Ultramarin sur la piste du stade de Beauchamp.

Comme il me fallait un Challenge épicé et pimenté avant l’ Ultramarin, mon choix s’était porté sur les 80 kms de l’ Ecotrail de Paris. Pour l’avoir fait en 2011, je connaissais cette course qui est exigeante car la préparation en Hiver n’est pas facile. Il fait nuit, il fait froid, l’envie ou le dégoût peuvent  être les pires amis ou ennemis de la prépa !

En parlant de l’Hiver, cette année, ce fut terrible pour l’ Ecotrail. C’était du «Lourd».

Le DANTESQUE

Surnommé à juste titre par l’organisateur et les médias «Le DANTESQUE», les bains de boue de Koh-Lanta à côté c’est de la rigolade.

Du jamais vu, des conditions terribles. Il y a eu beaucoup d’abandons, de blessés à cause de la neige, de la boue, du vent.  La veille, l’organisateur nous a envoyé un mail sur de  graves dégradations des conditions climatiques le jour de la course. Nous étions prévenus.

Dès le 22 ième kilomètre, après le ravito de BUC, c’était la «folie», le vent glacial et la neige qui tombait fouettaient les visages et les corps meurtris. Toute la région parisienne était touchée.

Je ne sentais plus mes doigts des mains pourtant emmitouflés dans mes gants et mon KWAY. Quant à mes orteils, ils étaient tout le temps immergés dans la boue qui s’était formée sur le parcours à cause des coureurs du 45 kms qui nous ont précédés. Ils ont bien labouré et préparé le terrain pour nous. Il y avait de l’eau et de la boue partout. La boue me réchauffait les pieds et j’avais tellement froid que courir devenait presque impossible. De toutes les façons, il me fallait gérer ma course avec précaution sans blessures car il neigeait des heures sans discontinuer.

Lorsqu’on arrivait aux ravitos, on ressemblaient à des fantômes sortis de l’ Enfer.  Ahh  oui, je peux vraiment dire que voir des norvégiens marcher derrière moi et se plaindre du froid et des conditions de cette course, çà ne se voit pas tous les jours… Tout le monde avait froid.

Dans la boue épaisse, lors des descentes, nos chaussures s’enlevaient. Grâce aux frontales, on prenait le temps de les rechercher. Un coup c’était le pied droit, un coup le pied gauche. Un «truc de fou» ! Perdre ses pompes dans de la boue, çà pompe l’ air ! Beaucoup en avait marre de cette boue, des racines et des ronces enfouies au fond des eaux boueuses défoncées par les chaussures.

La famille s’inquiétait pour moi car sur le site Internet, je n’étais pas sur la liste des partants. Un bug informatique. Au ravito du kilomètre 56, j’ai appelé la famille pour les rassurer. Ils m’ont demandé si j’allais abandonner la course… si j’allais finir ! La réponse était OUI car c’était l’objectif à atteindre, donc il  fallait se donner les moyens.

Depuis le premier ravitaillement, dans ma tête, il me fallait mon «Flow». J’ai l’habitude, je pense tout le temps à ce «Flow», je dois rechercher cet état mental qui me booste et qui me prépare aux pires conditions. Je me parle, je pense à ma famille, je reste concentré. J’écarte les mauvaises pensées,  je me méfie du doute. A ce moment précis, la recherche du «Positif» est comme une quête spirituelle pour le dépassement de soi.  Lorsque je ressens ce Flow, je ne pense plus qu’à la ligne d’arrivée. Même le «Néant» devient inexistant à cet instant pour moi. Mes pieds ne courent plus, ils ne font que suivre les ordres de mon cerveau qui gère la fatigue. Le lactique s’élimine en alternant la marche et la course. Il n’y a pas de honte à marche quand le besoin se fait sentir. Cela fait partie intégrante de la gestion de la fatigue qui transforme l’adrénaline en sérénité. C’est mon cerveau qui court, c’est difficile à expliquer, mais c’est mon avis, c’est ce que je ressens. Certaines personnes non adeptes de Sport diront que nul besoin de courir pour attraper «ze Flow» et qu’il suffit de s’agglutiner au lit avec sa dulcinée pour le ressentir. Ehhh oui… Pas besoin de faire des séances de côtes en forêt de Montmorency si d’autres forêts sont plus proches moins denses et plus faciles à gravir… Mon flow, c’est dans la course, dans la lutte perpétuelle pour atteindre la ligne d’arrivée.

Bref, j’ai géré ma course armé de courage et de boue pour finir mes 80 Kms en 12H 15 minutes au premier étage de la tour Eiffel qui croulait sous la neige et le froid. Le directeur de la course m’a embrassé, serré contre sa poitrine pour me réchauffer un instant et me remercier. J’étais frigorifié. Je tremblais. La bière coulait à flots, offerte à l’arrivée par les organisateurs. Je n’étais pas intéressé, je cherchais plutôt l’ascenseur pour descendre de la tour et rejoindre ma famille. Me débarrasser des chaussures et prendre une bonne douche, voilà les rêves qui trottinaient dans mon cerveau. J’étais dans un état pitoyable. Je ne ressemblais à Rien … euhhhh,  je ne sais vraiment pas à qui, à quoi…

Claire et ma fille Maty étaient venues me chercher, ravies de me voir, mais se demandaient s’il fallait vraiment me laisser rentrer dans la voiture dans cet état… Pourtant dans ma tête j’étais une Beauté divine, pétri de boue, mais prêt pour un défilé de mode à la Tour Eiffel. Les gens de KOH-LANTA défilent sur les plateaux de télévision, pourquoi pas moi, coureur des boues et des bouses !

 Ehhh oui,cet Ecotrail,  j’y étais.

Nous sommes en Avril, la préparation de la Bretagne continue.

Après un repos bien mérité, je me suis remis en piste. L’objectif  breton s’approchait de jours en jours. La semaine, la piste du Stade de Beauchamp me tendait les bras. Les sorties en forêt s’enchaînaient. Dès que je pouvais, avec quelques précautions, j’y allais par tous les temps, le soir, la nuit. Le château de la chasse, les étangs, les côtes, les côtes, les sangliers, les chiens mordeurs (j’ai été mordu en Février 2015 à Montmorency) les cerfs, les écureuils…un univers de rêve pour un amoureux de la nature.

 

ZE DAY 

Vendredi 29 JUIN 2018

Ce jour tant attendu est arrivé. On y est.

Nous sommes arrivés la veille et après avoir récupéré notre fille Amina en classe de Mer à Sarzeau, direction le port de Vannes pour le dossard. L’équipe ACB nous rejoignit dans un café où nous avons eu le temps de boire un café et de regarder un peu à la télévision la défaite de l’équipe du Sénégal face à la Colombie en Coupe du Monde.

Le dossard en poche, direction le gîte situé à La Vraie Croix.

Il faisait très chaud, plus de 30 degrés.

La fin de l’après-midi était calme : repos, repos, repos. Certains avaient choisi l’option Piscine et détente. Pour d’autres, c’était l’heure de la sieste obligatoire pour évacuer Ze stress.

Le soir, sous la chaleur bretonne la Team ACB TRAILERS commença par un petit apéritif raisonnable.

Il fallait boire, boire, boire… de l’eau.

Vers 21H, les préparatifs étaient terminés pour se mettre en mode Ultra, le Kamel bag, le sac de mi-course. Tout était prêt avant d’aller au lit. La nuit a été calme, je tournais dans le lit à cause de la chaleur. Je n’ai pas bien dormi comme à l’accoutumée avant une course. Ca cogite. Beaucoup de pensées.

La matinée était vite passée.  Vers 13H, avec Georges, affalé chacun sur son transat, nous avons voulu faire une mini-sieste devant la piscine mais impossible de fermer l’œil. Il fallait être prêt avant 15H 30 pour prendre la direction de l’Inconnu : le Grand RAID.

L’ambiance sur le port de Vannes était remontée d’un cran à la bretonne. La musique, les orchestres, les déguisements de nos hôtes organisateurs, tout était à la bretonne. Je kiffe.

Les séances photos terminées, suivirent les bisous, les câlins et les derniers préparatifs allèrent vite devant les familles et les fans venus nombreux voir ces fous furieux défier la chaleur bretonne. Il faisait une chaleur terrible et le lendemain les prévisions de la météo étaient pire : 34 degrés

Vers 17H 40, la fanfare bretonne entama la musique celte envoutante du GRAND RAID. Les sons stridents des instruments de musique celte me rappelaient les défilés du Festival de Lorient ou les gens endimanchés se pavanaient dans les rues. Nous, ce sera dans la Pampa bretonne …

Ce cérémonial breton était apaisant et me faisait du bien. J’avais l’impression d’assister à la rentrée des boxeurs dans le ring.

Séance Photos, derniers conseils du Coach Alain, et nous voilà partis. Ca y est.

Un petit virage rapide sur les quais du port de Vannes pour nous faire acclamer par nos fans et  nous voilà sur les chemins bretons. Les bretons étaient à l’apéro (pas tous ! Les vrais).

Saucisses, bières, Breiz-Cola (no comment, j’ai pas aimé cette boisson que je ne conseille pas de boire au ravito). Ca sentait la fête, mais pour nous çà sentait le roussi.

Ma vitesse de course n’était pas élevée.  Les consignes de Thierry était respectée à la lettre : ne pas aller vite, rester calme et zen, marcher quand il le fallait, bien regarder les balises du parcours.

Jusqu’au semi-marathon tout allait bien. Mais  le passage dans l’eau à marée basse à ARRADON fit des dégâts.

Je marchais en titubant dans ces algues sales et beurrrk beurkkk. Je n’étais pas le seul à râler. Quelque chose d’indécent de malpoli et de dégueulasse me chatouillait les pieds. J’aurais aimé les voir ces bestioles qui se cachaient : méduses (j’en suis médusé !!!!)), ours bretons,  pêcheurs bretons énervés par cette course, poissons bretons, j’en sais rien mais je les déteste tous,  pire que la bête du Gévaudan.

Les rochers tranchants cachés au fond de l’eau nous déchiraient les pieds. C’était horrible ce passage. Etait-ce fait exprès par les organisateurs ou par les bretons ? That is the question ! Je pensais qu’ils étaient gentils les bretons mais là, …le summum du supplice. Ils auraient pu nous envoyer leurs «Déménageurs Bretons»  pour la traversée, eux qui se réclament les meilleurs spécialistes au monde ! En ce lieu-dit d’ ARRADON les courageux coureurs auraient sans doute eu besoin d’entendre fredonner «Libérezzzzzz,  Délivrezzzzzzzzz, na na na na na naaaa !!!! Même pas eu droit à cette chanson.

En toute sincérité, je veux bien refaire cet  UTRA MARRANT mais pas avec des bestioles affamées par le ramadan, tapies au fond des eaux, bouffant les pieds des pauvres coureurs sans aucune excuse, même pas merci pour service rendu après s’être bien gavées de nos peaux…

Sorti de l’eau il fallait enlever le sable, sécher les pieds avant de remettre les chaussettes et les chaussures. J’avais une incision ensanglantée sous le pied due aux rochers tranchants.

J’étais avec Georges, on se demandait quelles surprises ou spectacles nous attendaient après ce passage délirant.

Nous sommes repartis mais la reprise fût dure. J’avais mal car je commençais à sentir les ampoules qui gonflaient sous mes pieds. Dès que je courais je les entendais se percer. La blessure due aux rochers me chatouillait la plante des pieds. Je serrais les dents, reprenais mon souffle.

La deuxième marée après ARRADON fit encore plus de dégâts. Le sel, le sable, les algues et  l’eau… tout ce cocktail avait tendance, sous la chaleur caniculaire, à provoquer des blessures gênantes.

Je savais que Les Fallettes (Claire, Maty et Amina) et les fans de l’ACB nous attendaient au deuxième ravito de Baden.  J’étais content de les voir. Ils étaient beaux et propres. J’ai pu me sustenter avant de repartir boosté et gonflé à bloc.  Manger et  boire c’était la seule issue pour avoir des ressources et compenser le handicap des douleurs et des ampoules.

Jusqu’au ravitaillement du kilomètre 52, LE BONO, j’ai pu gérer tranquillement ma course en respectant mes consignes : boire, boire, boire, s’asperger d’eau sur les bras la tête, tout le corps.

A ce ravito, je suis tombé sur Thierry. J’ai pris du temps pour me restaurer sans me rendre compte qu’il s’était volontairement arrêté et qu’il avait abandonné. J’ai pensé qu’il blaguait, mais il était sérieux. C’est un Vrai Warrior ! Ze Boss ! Pour qu’il abandonne, c’est que ce n’était pas son jour, c’est que çà n’allait vraiment pas. Tout était possible, des problèmes gastriques, la chaleur, les ampoules… etc

Mais Il y en aura d’autres, Warrior et tu en as fait des plus dures des courses.

J’ai beaucoup pensé à lui, et à tous les autres amis de l’ACB face aux conditions extrêmes que nous avons eues.

C’est ainsi que je suis reparti de BONO, pour passer ma douce nuit dans l’obscurité (pourtant j’en avais des  ampoules, mais sous le pieds , lol ).  Heureusement j’avais une frontale et une ventrale.

Le Samedi matin ce fut l’embarquement à Guilvin pour la traversée en bateau vers Locmariaquer au km 82. Il commençait déjà à faire chaud surtout avec nos gilets de sauvetages enfilés sur les couvertures de survie. Je ressemblais à un cosmonaute russe.

Les Fallettes m’attendaient au ravito d’ ARZON ou j’ai failli péter les plombs. Mais pourquoi me direz-vous ?

Une histoire de fou, ou «Un truc de oufalaFallou» : pas de sac de rechange

En effet, à ARZON, comme tous les autres coureurs je m’attendais à pouvoir me changer, mettre de nouvelles chaussettes et chaussures anti-ampoules. Mais lorsque les organisateurs m’ont dit que mon sac de change était resté à VANNES, ce fut le choc. J’étais sale et trempé de sueur, de sel, de sable partout. Et là je devais repartir dans cet état lamentable avec mes ampoules et mes pieds emballés dans mes 2 bandanas ? J’ai encaissé le coup rapidement, mes enfants étaient là, me regardant d’un air triste. Il fallait comprendre que le chemin restant vers VANNES serait long et dur.

Les Fallettes me regardaient. Pauvre Papa, devaient penser Amina et Maty ! J’ étais écœuré et le moral au fond des chaussettes..

J’étais pensif. Les idées défilaient dans ma tête. J’ai un peu râlé sur cette organisation bizarre. (Au final il se trouvait que l’endroit ou mon sac était déposé sur les gradins à Vannes était réservé aux retours !

Vous allez comprendre en lisant ce post d’un trailer :

« un coureur doudouX a écrit :

J’ai dû rester 2h30 à Arzon parce que quand je suis arrivé pour aller  chercher mon sac, on m’annonce qu’il n’ était pas là et pour faire court, les 3 personnes qui s’en occupaient n’en avait rien à faire. On m’a juste dit “vous êtes pas le seul”. J’étais alors au 36eme de sous.  J’attendais ce sac avec les rechanges, une autre paire de pompe et surtout mon short compressif (mes cuisses souffraient pas mal). Et après plus de 13h d’effort, j’étais incapable de réagir et de me battre avec cette organisation qui ignorait totalement ma détresse. Je pensais à l’abandon…

Bref, le plateau de repas me redonna de l’espoir : soupe (double ration), jambon, pâtes, fromage, pommes, pâtes de fruit, fruits secs… café

Pour atténuer les douleurs au niveau des pieds, comme je n’avais pas de change, j’ai décidé d’enlever mes 2 bandanas et de les utiliser pour envelopper les ampoules sous chaque pied, histoire de faire tampons lorsque je courais ou marchais. J’avais aussi mes chaussettes mais elles étaient devenues inefficaces face aux ampoules.

C’est dans un tel état que je suis reparti du gymnase d’ ARZON boosté et beaucoup plus déterminé plus que jamais à relever le défi. En sortant du Gymnase, je me suis dit, vas-y, fonce, c’est dans la tête.

A ce moment-là, j’ai ressenti le FLOW qui me transcendait et qui, comme dans une sorte de transe, remuait mon corps démuni. Il me le fallait. Mon organisme était affaibli et démuni.

J’étais en extase, et j’ai pu gérer pour rejoindre Sarzeau ( départ de la course du 56 km) où j’étais ravi de croiser vers 17H Nathalie et Agnès accompagnées de Claire.

L’après-midi du Samedi fût chaude, 33 degrés. Je buvais, m’aspergeais d’eau sur les bras, la tête.  Au bord d’une route, un gentil Seigneur breton m’ avait offert du melon que je pris le temps de déguster car il faisait vraiment chaud. Que du Bonheur..

Au ravito du Hezo, kilomètre 135, des douleurs apparaissent au niveau du mollet droit. Tout le reste était nickel. Je mange, je bois, je mange, je bois et je repars.

La deuxième nuit commençait. Et pour la deuxième fois ce sera une nuit blanche.

Entre NOYALO et SENE, je me suis incrusté dans un groupe. Nous marchions tous ensemble et arrivé dans un chemin nous ne voyions plus les balises du parcours. Rien… Nous avons pris un chemin, celui qui semblait logique. Au bout d’un quart d’heure de marche, il fallait faire demi-tour, repartir, s’arrêter, réfléchir… La pluie commençait. Le tonnerre de Zeus, les éclairs. Le ciel grondait.

Par terre, aucune trace de balise. En persévérant, nous avons fini par trouver la balise. La pluie tombait petit à petit, puis s’intensifiait. Les orages étaient annoncées la veille par Météo France, c’est pour çà il fallait absolument arriver avant la nuit de Samedi à Dimanche. Fastoche à dire… avec mes ampoules, mon contrat c’était la ligne d’arrivée. Il pleuvait des cordes et en prime, du tonnerre, des éclairs, des torrents d’eaux et de cailloux qui dévalaient les pentes des chemins bretons. Je me suis abrité sous un buisson. J’y suis resté longtemps soufflant dans mes deux mains collées pour me réchauffer. Je tremblais mais recroquevillé je ressentais moins le froid. Lampes frontales allumées je ne voyais presque personne passer. Certains devaient dormir ou étaient en hypothermie..

Je pense que beaucoup de coureurs comme moi s’étaient arrêtés. Il était presque 3H du matin.

Je luttais contre les gouttes d’eaux qui ruisselaient sur moi. Au contraire j’avais besoin de me réchauffer. Je claquais des dents. Je soufflais encore plus fort dans mes mains sous ma combi de survie.

Au bout d’une heure presque la pluie ne cessant pas j’ai décidé de repartir avec un groupe jusqu’au ravito de SENE. Il restait une vingtaine de kilomètres avant VANNES me disais-je en mangeant !

Je  ressors du Gymnase sous la pluie et, mine de rien, ça me fait revivre ! Ca change des fortes chaleurs de la journée et même l’eau n’avait plus aucun goût car trop réchauffé sous ce cagnard  entre deux ravitos … Heureusement j’en avais gardé de l’eau et j’avais aussi mes fruits favoris : des pommes. Tout allait bien.

La petite matinée de Dimanche pointait le bout de son nez. Lueurs d’espoir, lever du soleil. Je sentais que la fin était proche. Cette partie sans ravitaillement était calme. Lever une jambe devenait de plus en plus difficile. Aucun moyen d’avoir de l’eau. Le bretons étaient dans les bras de Morphée. Ils prenaient plaisir à roupiller ou ronfler dans leurs lits à l’horizontal. Pour moi, toujours à  la vertical depuis Vendredi je recherchais à l’horizon le port de Vannes. Vivre cette course en pensant pouvoir dormir serait un supplice pour moi car j’aurais été incapable de dormir ou même de faire une sieste aussi petite qu’elle soit.  Certains y arrivent. D’autres NON.

Le Samedi sous le cagnard, dans certaines  forêts, j’ai vu des coureurs mal à l’aise, vomissant, affalés.  Je proposais mes comprimés anti-vomitifs. Rien à faire ils déliraient, parlaient tout seuls. Le soleil brulait les voix, ils n’arrivaient pas à me parler. Je partais quand je sentais que la personne avait besoin d’être seule, de dormir. Je ne m’imagine pas dormir sous cette chaleur.

Dès le départ, ma devise fût :

  • foncer, arriver à vaincre la douleur et les doutes en mangeant mais surtout en buvant beaucoup d’eau (pas de Breiz Cola ! Titi m’avait prévenu, il avait raison).
  • finir en bon état, bien finir sans traumatismes, sans séquelles.

C’était un risque de dormir. Je ne voulais pas prendre de risques. Pour toutes ces raisons j’ai préféré laisser au gîte ma montre «Tom-Tom Runner». Je me repairais sur mon «Road MAP».

Le port de Vannes était visible mais c’est trompeur. Au loin à l’aube, c’est presque le bout du monde ! Oui au loin où j’aperçus les Fallettes : Claire, Maty, Amina J’étais le plus heureux des coureurs, peut-être, le seul avec Tchang ayant eu le privilège de finir le Grand RAID 177 sur le tapis rouge avec ses 3 Fallettes !

Merci à mes trois amours, Claire, Maty, Amina ! Kiss Love !

Merci  à ALAIN Maître Yoda  !

Spéciale dédicace aux Warriors Trailers de l’ ACB. Il y en aura d’autres pour Titi, Stéph, Pascale, Georges Bill,

Merci aux soutiens accompagnateurs infatigables qui nous ont soutenus des mois, des jours, des nuits, des heures, pour ce beau défi que j’ai essayé avec humilité de relever.

Félicitations à tous ceux de l’ACB qui sont allés à l’ ULTRAMARIN de BRETAGNE pour accompagner, marcher, courir (finisseurs ou pas, pas d’importance).

Bravo à ceux qui ont défoncé le 80 kms (Erick, Sylviane) et ceux qui ont atomisé le 56 kms (Agnès, Nathalie, Yannick)

Des moments comme ceux que nous avons vécus dans ce gîte, ce sera un souvenir indélébile.

Voir toutes ces générations jouant dans la piscine, c’est beau.

Kiss Run Love

FALLOU

 

 

 

Le Géant de Provence et le petit cycliste.

C’est une idée qui est née il y a un an après avoir fait avec mon beauf le col du Tourmalet : Pourquoi pas monter le Ventoux ;

Le chalenge n’était seulement de le gravir mais de le faire par toutes les possibilités de départ qui s’offrent aux cyclistes sur route, c’est-à-dire 3 : De Sault, de Malaucène et de Bédoin.

Dimanche, aller à Sault en voiture, pour le départ du plus long trajet, avec une grande partie facile où le pourcentage est aisé et où les choses se corsent qu’à partir du chalet Reynard, lorsque la route rejoint celle qui vient de Bédoin. Il reste alors 6 kilomètres durs pour arriver au sommet. Un peu plus de 2 heures d’effort qui donnent le moral car les sensations ont été bonnes du fait de l’intensité relativement aisée grâce à un pourcentage moyen relativement modeste au début, ce qui permet d’en garder pour la fin difficile.

Donc le soir, bon moral un peu gâché par un mal de gorge naissant attrapé probablement en haut et à la descente ; le différentiel de température étant assez important.

Après une journée de repos, consacrée au tourisme et aux soins de la gorge, nous repartons le mardi matin pour Malaucène.

Bédoin / Malaucène par un petit col (de la Madeleine, mais pas le plus connu heureusement) pour décrasser de dimanche et chauffer un peu, puis c’est parti pour 21 km quasiment sans répit.

Et là, très vite, j’ai su que ça n’allait pas être simple ; mal de gorge ?, pas assez de récupération ?, les deux ?, en tout cas la galère arrive vite et j’ai les jambes qui ne valent plus rien à partir du 4ème kilomètre ; super, il n’en reste plus que 17 !….

Pendant toute l’ascension, le seul objectif est de ne pas poser une seule fois le pied à terre. Objectif réussit. Mais que c’est long. Mais que c’est bon quand en levant le nez dans les 2 derniers kilomètres on voit la grande tour au sommet. On le rebaisse vite car le vent souffle.

Et 2 kilomètres ce n’est pas encore gagné. 

Arrivé en haut j’ai pris conscience que la difficulté était beaucoup plus importante que je ne l’avais imaginée et en redescendant sur Bédoin je me suis dit que 2 fois sur 3 ce n’était déjà pas si mal….

Une fois récupéré devant une petite mousse, petit débriefing avec Patrick qui avoue en avoir bien bavé aussi (Et lui c’est un pur cycliste).

Nous décidons, en accord avec les prévisions météo, de se donner un jour de repos supplémentaire (heureusement que nous avions commencé dès le dimanche) pour augmenter nos chances (surtout les miennes car lui aurait pu enchainer le jeudi).

Donc vendredi matin départ de Bédoin pour la montée versant sud avec la connaissance des 6 derniers kilomètres terminaux que nous avions déjà fait en partant de Sault.

La nuit a été mauvaise car le souvenir de la précédente ascension entamait sérieusement ma conviction d’aller au bout.

Après un départ prudent où le pourcentage est modeste, je rentre au 5ème kilomètre (8%) avec déjà l’envie d’abandonner (quand on sait qu’il va y avoir du bien plus lourd après). Les jambes font très mal et la perspective de souffrir pendant plus de 2 heures comme 3 jours auparavant me parait quelque chose au-dessus de mes forces.

Je me donne alors comme objectif de continuer jusqu’à ce Murielle en voiture me double (environ au 10ème km).

Lorsque cela se produit, la voiture passe sans ralentir ; juste un petit coup de klaxon. Elle a dû voir à mon coup de pédale que ce n’était pas le moment de s’arrêter et de me donner la possibilité d’abandonner.

Je réalise que je rentre dans les 10 derniers kilomètres et j’en vois au bord de la route, pieds à terre, pire que moi.

A ce moment la tête qui me manquait encore plus que les jambes s’est remise à l’endroit et j’ai commencé à de nouveau croire que c’était possible.

Ça l’a été.

Je suis arrivé pour la troisième fois au sommet dans un temps bien meilleur que je pensais et avec la satisfaction d’avoir surmonté les doutes qui m’ont accompagné très longtemps.

Je n’ai pas vaincu le géant de Provence, j’ai subi sa force ;  J’ai réussi à aller sur son sommet, mais c’est lui qui m’a dominé tout au long de la partie. Il est très beau et il est très fort.

Alain

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Grand Trail des passerelles

65 km  3500 D+   3945 D-

Il y a un peu moins d’un an, nous étions dans le Vercors pour faire une épreuve de l’UT4M, une grosse première pour moi (42 km et 2800m D+)

Tout s’était bien passé, en prenant bien mon temps aux ravitos…

Du coup, mon coach personnel et mari,  Laurent avait commencé à échafauder quelques nouveaux projets pour une nouvelle aventure commune…

Quelques semaines plus tard, en feuilletant quelques brochures  touristiques, on est tombé sur  le lac de Monteynard, ses fameuses passerelles et son (ses) trail avec des parcours atypiques bien tentant surtout la 65 km…

65km c’est juste 23 km de plus, et 3500m D+, 700m D+ de plus qu’il m’a dit…  mais moi ce qui me tentait c’était juste de passer sur les passerelles et visiter la mine.

Me voici donc inscrite et maintenant à quelques jours du départ de la « grande course » 

Jeudi, arrivée à Saint Martin de la Cluse, nous découvrons notre lieu de séjour, un petit château sympa, le château de Pâquier. Les hôtes ne sont pas encore là mais nous sommes accueillis par 3 chiens dont un patou énorme, des chevaux, un lama et des alpagas tout mignons.

Nous partons découvrir le village mignon sans plus mais avec un petit bar et une épicerie qui ne paie pas de mine mais qui est une caverne d’Ali baba en partie bio avec les légumes du gérant et pas cher du tout, on y fait donc nos provisions…

Le château n’est occupé pratiquement que par des traileurs sur les différentes épreuves, 15, 24 , 39 et 65 km, donc les grands sujets de conversation sont la beauté du lieu, la région mais surtout le trail et les angoisses de chacun sur la distance et le dénivelé prévu !

Pour moi ce sont surtout les 3 barrières horaires, les deux premières sont calculées pour une vitesse de 4,5 km/h, mais la dernière à 5 km/h. Si on ne passe pas à la dernière on est dirigé directement sur l’arrivée pour éviter la dernière montée, on est considéré comme non finisher mais classés sur une distance légèrement inférieure.

Donc on a tout calé pour 5 km/h.. La petite version n’étant pas une option pour Laurent..

Vendredi, petite ballade tranquille de 8km prévue. On part assez tard et on prévoie de manger au sommet pour profiter de la vue mais vers 13 h petite faiblesse de ma part car le petit déjeuner est loin et il faut que je mange un petit truc (ça inquiète Laurent si je suis déjà  à plat ça promet pour dimanche!!!) mais non, ça repart et on arrive en haut, la vue est belle, le temps nuageux avec beaucoup de vent donc on ne souffre pas de la chaleur au contraire mais ils annoncent beaucoup plus chaud pour notre épreuve.  Retour à la voiture pour se diriger vers le lac et le retrait des dossards. C’est le gros bazar, il y a énormément de monde et le lac est inaccessible, on trouve heureusement une place le long de la route pas trop loin. Lorsque l’on veut descendre vers le lac, on remarque des petits fanions rouges qui indiquent le tracé du parcours et Laurent m’indique que c’est la fin du notre, on l’emprunte avec un peu d’émotion surtout moi, je me dis que si j’arrive jusque là ce sera génial… On arrive au village de départ, du monde, il fait très chaud mais on récupère assez vite nos dossards avec en plus une visière et une paire de chaussettes  de trail (super, les miennes n’étaient pas géniales).

 Laurent profite du lac pour une baignade, moi pas envie, les abords ne sont pas terrible , la baignade est interdite, il n’y a que des bateaux à moteurs, planches à voiles ou sky-surfs à fond la caisse.

 Retour au château et fin de journée tranquille.

Samedi, visite d’un petit village et de son marché, nous allons tenter de voir les fameuses passerelles, mais nous ne pourrons pas, invisibles depuis la route et pas envie de crapahuter avant demain,  ce sera donc la découverte le jour du trail.  Ensuite préparation des boulettes et autres recettes énergétiques qui doivent nous (surtout moi) aider sur ce trail.

 Du coup on discute pas mal avec les autres traileurs sur nos recettes respectives. Le soir, préparation des sacs, des tenues, et du petit déj. dodo vers 22 h car le réveil doit sonner à 2 h 15 du matin… Laurent s’endort tout de suite, moi non.

 Je pense à mes séances de yoga,  me détends sans dormir mais ça me repose, le sommeil va peut-être arriver… Vers minuit Laurent se réveille, je ne dors toujours pas, il me dit de dormir, facile à dire  :(( moins à faire.

Dimanche. Il se réveille à nouveau, regarde l’heure, 2 h du matin, on décide de se lever, une nuit blanche pour moi… je n’avais pas besoin de ce handicap en plus pour cette épreuve qui me faisait déjà peur, la journée s’annonce longue et difficile mais je ne me sens pas fatiguée.

On sort de la chambre, la porte grince tellement qu’on a l’impression de réveiller tout le château. Petit déjeuner rapide, on n’a pas très faim, on en  avale la moitié, l’autre sera pour l’attente de la navette. Départ en voiture dans la nuit noire, les frontales sont dans les sacs, elles seraient plus utiles sur notre tête car on ne voit pratiquement rien et je guette les loups, il paraît qu’il y en a plein dans la région. Nous connaissons bien la route, donc pas d’angoisse de se perdre (le GPS ne capte pas toujours dans le coin), puis nous rejoignons les lumières des voitures qui se dirigent vers le parking des navettes. On doit rejoindre une file de bus, les navettes, elles ont toutes les moteurs qui tournent pendant qu’on les longe, on s’en prend plein les poumons, c’est super ! Mais c’est bien organisé et dès qu’un bus est plein il part, donc on monte direct dedans, une fois assis, on se dépêche de manger la fin de notre crème de petit déj malgré le rappel  du chauffeur qui a bien précisé qu’il est interdit de manger. On n’arrive pas à finir, sûrement trop tôt, il est 3 h 20. J’ai prévu une boisson d’attente qui a bien fait rire Laurent (lucuma, maca, baobab, thé matcha, sucre de coco,  il me faut bien une potion magique pour espérer finir ;))) ! Je tente de profiter du trajet pour dormir un peu, mais un bavard parlant fort capte continuellement mon attention et m’empêche de somnoler.

 

4 h 30 arrivée à la Mure où une salle nous permet d’attendre au chaud et un passage aux toilettes, puis direction la ligne de départ, il fait un peu frais mais pas trop, la ville se réveille, on est devant la mairie et les spectateurs arrivent ou nous regardent par leurs fenêtres. L’heure approche, Laurent m’oblige à ne pas me mettre tout derrière comme à mon habitude, je me sens un peu comme une touriste parmi tout ces traileurs dont quelques femmes heureusement. Pas besoin des frontales, il commence à faire clair.

5 h 30 le départ est donné, je ne  sais même plus s’il y avait une musique de motivation j’ai juste pensé trop tard à allumer mon GPS qui met comme d’hab trois heures à s’allumer, faut que je le remette à zéro en +, heureusement, on fait juste le tour de la mairie avant de partir pour de vrai. Il y a beaucoup de spectateurs malgré l’heure, beaucoup d’encouragements et de fumigènes c’est sympa.

Après un peu de plat, on commence la première montée, pas trop raide mais ça passe vite en mode trace unique, je ne suis pas du tout à l’aise car Laurent est devant et se retourne continuellement pour me surveiller et je sens les traileurs derrières moi qui sont plus rapides donc je jongle entre laisser passer et accélérer sans me mettre dans le rouge dès le départ. Heureusement il y a souvent des ralentissements qui me permettent de suivre, puis un gros bouchon car  passage de barbelés où des coureurs se sont en plus accrochés. Je suis disciplinée, je fais la queue sagement pendant que Laurent comme en voiture se faufile par un côté et me reproche ensuite de laisser passer tout le monde ce qui n’est pas vrai car des coureurs galants m’ont gentiment laissé passer. Le passage s’élargit et on peut enfin prendre chacun sont rythme ce qui permet à Laurent de pouvoir prendre des photos et de me rattraper facile. Le jour se lève et lorsque l’on arrive en haut, la récompense est là malgré un vent très fort, la lumière est presque magique et la vue à 180° époustouflante. Je suis contente d’être là mais pas trop le temps de rester à savourer ce paysage, on repart sur la descente vers le premier ravito J’aime bien les descentes ….

Je prends un quartier d’orange, j’ai envie de saucisson et il faut aussi que je mange de la banane en plus de nos boulettes que j’ai déjà entamées dans la montée. Un peu d’eau et on repart, j’ai progressé sur le temps d’arrêt après les remarques de Laurent sur le Vercors l’année dernière (on fera en moyenne 4 minutes par ravitaillement).

On arrive à la montée de la Pierre Percée, ça commence à grimper sérieux et la température monte mais ce n’est pas trop long et le passage à travers la Pierre Percée est amusant et superbe.

 Maintenant descente jusqu’à la mine 2 km plus loin on en est au 21 km accueilli par des mineurs, visite express de la mine,

 juste un petit tour puis ravito 2 à la sortie. Là il fait vraiment chaud maintenant, donc je m’arrose largement, casquette trempée, je sors un foulard que je trempe aussi dans l’eau et le bloque sur mes épaule à l’aide de mon sac (ne supportant pas la chaleur j’ai été prévoyante) Pour la nourriture, je prends cette fois de la pastèque, pour aller plus vite j’enroule la grande rondelle de saucisson sur  mon morceau de banane et m’aperçois que c’est très bon et pratique à manger, quelques cacahuètes salées, de l’eau et on repart.

Les jambes commencent à se faire sentir. Remontée sans grand intérêt puis descente sur le village de Monteynard et son ravito 3, on commence par se rafraîchir, puis l’habituel ravitaillement, saucisson banane,  qui semble bien fonctionner et que je vais répéter à chaque fois.  J’ajoute une petite serviette trempée sous ma casquette car étant en matière synthétique elle sèche trop vite  et la chaleur monte toujours. Une barrière « brumisante » nous attend à la sortie c’est très agréable sauf pour les lunettes…

on reprend la descente, avec un passage sur une voie ferrée désaffectée avec une superbe vue sur le lac, le seul problème c’est l’écart des traverses qui n’est pas régulier et le risque pour les chevilles dans le ballaste surtout lors des passages dans des tunnels non éclairés mais c’est amusant !

Au compteur 32 km et 1620 D+ , il est 11h 10, (4 h 40 de course) lorsque l’on arrive enfin au ravito 4 de la première barrière horaire (12 h 30 l’officielle 12 h pour terminer) largement en avance  mais le dur va commencer après, je n’ai même pas fait la moitié  et je dis que ça va être difficile d’arriver au bout, que finalement si je ne fais que la  version qui coupe la dernière montée je serais déjà contente mais Laurent ne veux même pas en entendre parler car il est certain qu’on passera les barrières horaires suivante aussi ….

Voici enfin la  fameuse montée de 1064 D+ sur 7 km pour le  Sénépi, il fait chaud, très chaud, avec un autre concurrent qui semble souffrir de la chaleur comme moi, on vise les zones d’ombre,

mais on s’engage dans la forêt et si la température est plus supportable, la pente s’accentue.

Je me tracte avec les bâtons (désolée Jean-Paul, je ne me concentre pas sur la poussée mais sur la traction !) J’ai des compagnons de route derrière moi qui apprécient mon rythme très lent car lorsque je leur propose de passer ils refusent en disant qu’ils s’accrochent à mon allure. Ça me rassure, je ne suis pas la seule à souffrir, c’est long, Laurent me propose en riant de me tirer mais je refuse (sans rire moi) il me donne régulièrement les mètres de D+ montés quand je lui demande, mais là lorsqu’il se propose de m’indiquer quand on sera à la moitié je l’envoie balader, je ne veux pas savoir ce qu’il me reste à monter pour ne pas me démoraliser mais une voix derrière moi dit timidement que lui ça l’intéresse (chacun sa motivation). Enfin la forêt s’éclaircit car on arrive sur la partie découverte, le sommet ne doit plus être loin, la pente est plus douce, le vent rafraîchit, la vue est magnifique et le sommet est là,  j’ai enfin fait ce que je pense être le plus difficile de ce trail. On est content d’être au sommet, quelques photos et c’est parti pour la descente, ma partie préférée car je peux enfin courir sans problème et reprendre un peu de forces.

Il y a un ravito prévu 2 km plus loin mais ils semblent bien longs et malgré la descente je sens la fatigue qui s’accentue, et enfin le ravito 5 qui était effectivement plus loin que prévu, à environ la moitié de la pente. Petit arrêt puis on reprend la descente, je cours toujours tout en étant prudente mais les jambes semblent bien tenir malgré la fatigue.

Ça remonte légèrement, 100 D+ pour enfin arriver au ravito 6 de la deuxième barrière horaire à 15 h (16 h30 l’officielle et 15 h 30 pour terminer). C’est encore large, mais plus on avance plus c’est difficile pour tout le monde autour de moi (enfin presque, Laurent est encore frais et confiant), je suis toujours inquiète pour le dernier passage mais on va enfin arriver aux fameuses passerelles.

On découvre la première, je ne la trouve pas si impressionnante, c’est plutôt amusant, la vue est pas mal mais je suis un peu déçue, peut-être la fatigue qui atténue les émotions… Faut maintenant passer la deuxième, on ne la voit pas mais elle ne doit pas être très loin, on nous a indiqué 3 km, il faut descendre et remonter ensuite. C’est bon je me dis que ça devrait passer  malgré la petite bosse indiquée sur notre profil course. Mais après une descente il faut remonter un peu….longtemps,  pour arriver à un panneau qui indique la passerelle à 3,6 km et on monte toujours !!! là je râle, je peste, je suis de mauvaise humeur, ça ne va pas le faire si je continue à cette allure d’escargot, Laurent reste confiant

On arrive enfin à cette satanée deuxième passerelle. C’est tout juste si je regarde le paysage, elles sont pourtant longues (220 et 180 m). Un photographe attend pour immortaliser ce passage, je tente le sourire mais la photo n’est pas convaincante.

Le dernier ravito avec barrière horaire doit être à moins de 2 km juste en dessous, mais après la descente on entame une grande ligne droite, les 2 km sont largement passés et toujours rien en vue, Laurent a peur qu’on l’ait raté et qu’on se soit dirigé vers la version courte car lorsque l’on demande à des touristes ils nous disent qu’effectivement il y a un ravitaillement mais sur la plage à l’arrivée !!! Du coup il court devant surtout qu’il n’y a pas  de bénévoles pour se renseigner. Mais enfin il me semble apercevoir un regroupement, oui c’est le ravito 7, le dernier et la fameuse barrière à 17 h.

Nous y arrivons à 16 h 35. C’est l’hécatombe à ce ravito, certains sont assis, d’autres voudraient manger mais ne peuvent plus, un se sent mal, un demande de remplir carrément sa gourde de coca !

Et les bénévoles toujours adorables nous préviennent que la dernière montée est dure, qu’il faut faire le plein d’eau, qu’on n’est pas encore arrivé. Je grignote un peu, je bois et on repart rapidement pour que je puisse m’arrêter tranquillement un peu plus loin, hors du contrôle barrière horaire….. Maintenant je ne suis plus pressée, je peux m’arrêter (un petit besoin naturel, ce n’est pas toujours facile pour les filles), je tente de manger tranquille (il me reste pas mal de vivres dans mon sac) mais c’est sans compter sur Laurent qui me laisse à peine finir d’avaler une boulette en s’impatientant ostensiblement un peu plus haut…  Bon j’y vais, à mon rythme encore plus lent car c’est vrai que ça monte bien, on a 427 D+ encore  à monter. On se retrouve en file indienne,  on laisse passer ceux qui ont encore un peu de jus, on encourage ceux qui vomissent, celle qui est tirée par son mari et qui pleure (ils étaient sur la course du 39 km on a la même fin), celui qui est assis par terre mais qui finalement va s’accrocher à notre groupe. On retrouve certains compagnons de route car suivant la spécialité de chacun, montée ou descente on se  retrouve régulièrement. Laurent à papoté pas mal durant ce trail, moi, très peu… On a pourtant le temps, on mettra presque 2 h à faire ces 7 derniers km car la montée est raide compte tenu de la fatigue. Heureusement on est dans la forêt à l’ombre.

A chaque virage on espère voir la descente arriver mais c’est un ravitaillement eau non annoncé qui nous attend, les bénévoles nous rassurent, plus qu’un faux plat et ça descend. Je n’aime pas beaucoup les faux plat, mais Laurent confirme qu’il ne reste plus grand chose à grimper donc après un grand verre d’eau on repart, le faux plat est assez long mais il se termine enfin et la dernière descente est là. Ceux qui peuvent encore courir en profite, les autres pestent, certains n’ont plus de genoux. Laurent se retourne régulièrement pour voir si j’arrive toujours à suivre, oui dans les descentes c’est bon, on double pas mal, on entend les bruits de l’arrivée de plus en plus fort. On traverse enfin la route où l’on s’était garé le vendredi, on prend enfin cette fin de parcours tant attendue. On arrive sur le plat vers la plage, mais dès que ce n’est plus en descente je ne peux plus courir, je marche, j’espère pouvoir encore courir un peu pour passer  l’arrivée. Il y a beaucoup de spectateurs et de coureurs déjà arrivés qui nous encouragent. Enfin on y est ! et je peux trottiner avec Laurent  pour passer cette arrivée qui me semblait inaccessible… Bisous de finishers heureux, je suis fatiguée mais super contente.  Il est 18 h 33, nous avons mis 13 h 03, j’ai du mal à réaliser que j’ai pu faire ces  65 km et 3500 D+

Une photo sur la ligne et on part se restaurer un peu.

 Je n’ai pas vraiment faim, marre de manger toujours la même chose, j’ai juste envie de m’asseoir, je suis épuisée. Je grignote un sandwich au jambon beurre, le pain est dur à avaler mais le jambon et le beurre passe bien, j’en reprends même ça fait du bien. Un petit texto à la famille et aux amis pour dire qu’on est arrivé, le temps que Laurent récupère notre sac à la consigne et on se dirige vers le lac, j’ai récupéré un peu, ça va mieux, on se trempe tout habillé dans l’eau qui n’est pas assez fraîche pour de la cryothérapie mais ça fait du bien. Pendant ce temps les derniers coureurs finissent d’arriver (le dernier est récompensé par une lampe de mineur, c’est une très bonne idée) puis les coureurs qui ont été bloqués à la dernière barrière horaire arrivent (ils ont du attendre que tout le monde soit arrivé avant de repartir) pour faire en tout 62 km, soit juste 3 de moins que nous mais ils ont évité la montée.

Il faut maintenant  prendre une navette pour rejoindre la voiture 2 km plus haut. En arrivant à l’emplacement prévu on nous annonce que c’est terminé, il n’y en a plus. Nous ne sommes pas les seuls à vouloir remonter et il doit voir à nos têtes que ce n’est pas une bonne nouvelle pour nous, il rappelle donc gentiment une navette et c’est avec plaisir que l’on fait ce petit trajet assis…

Retour au château, j’arrive encore à monter les escaliers pour rejoindre notre chambre puis nous redescendons nous préparer à manger (il y a une cuisine à notre disposition), écouter et raconter les journées de chacun dans la bonne humeur car tout le monde a terminé sa course. Mais nous ne traînons pas trop et à 21 h 30 dodo, et là je pense qu’à 21 h 31 je dormais déjà !!!

 

Lundi, pas trop de courbatures, les descentes et montées d’escalier passent bien, mais je sens que j’ai fait des efforts hier. Retour pour Franconville, mais lors de la pause sur l’autoroute la descente de voiture est plus délicate, les courbatures sont là !

Mardi, encore un peu de courbatures mais ça va, plus de fatigue.

Mercredi, au petit déjeuner, je dis que c’est bon, que je ne sens pratiquement plus de courbatures. Laurent est content, il en profite pour glisser tranquillement comme si de rien n’était, que pour notre prochain défi commun on pourrait faire l’UTMB… je me suis demandée si j’avais bien entendu, lui ai demandé de préciser s’il pensait bien au 160 km, il a dit oui en riant, que j’étais prête… je crois que j’ai arrêté de respirer pendant que dans ma tête, se bousculaient plusieurs réactions :

  • les « hurlements non mais ça va pas »,
  • les « faudra vérifier les barrières horaires »,
  • les « n’y pense même pas »
  • les « il blague ou pas »
  • et surtout la peur qu’il ai mit une petite idée qui pourrait trotter dans ma tête………..

 

Colette

Les gendarmes et les voleurs de temps 2017

Le trail des gendarmes et voleuses : le 5 km féminin

La pluie s’atténue… la foule s’agite… le temps avance et le cœur s’accélère, l’adrénaline coule dans nos veines …

Audrey et moi rejoignions en trottinant le départ de la course des voleuses de temps.

On prend la pause devant les caméras, on fait une hola on se souhaite bon courage et là … 1…2…3… PARTEZ !!!

Ça y est, nous sommes lancées à une bonne allure, dans les 20 premières au début, la musique nous donne du dynamisme et nous entraîne. Je suis derrière Audrey, je la vois s’éloigner mais elle reste dans mon champ de vision et me donne un point de repère. Je double au fur et à mesure mais au bout d’un kilomètre, commencent les choses sérieuses ; Le terrain glisse, mes baskets s’enfoncent dans la boue et je fais tout mon possible pour ne pas tomber.

1,5 km le souffle commence à me manquer et je perds Audrey de vue. Ce n’est pas grave je garde mon allure et me concentre, j’entends le club me crier « ALLEZ JULIE !! » et me donne la force de continuer.

2km je me sens mal, la tête commence à me tourner, j’ai du mal à respirer mais je m’accroche et me répète en boucle « ne t’arrête pas, tu es forte ».

Je rentre dans la forêt et là : catastrophe le terrain glisse de plus en plus, les montées n’en finissent pas et les kilomètres non plus. Quand arrive une autre montée je suis à deux doigts de m’arrêter quand soudain Audrey m’attend, celle-ci ayant un gros point de côté. Nous avançons en marchant et essayons de reprendre notre souffle, on se fait doubler mais peu importe je lui dis de ne pas s’arrêter mais de s’accrocher et de reprendre ensemble. En haut de la montée après avoir récupéré notre souffle nous reprenons le rythme en sautant, zigzagant à travers les marres de boue. Quelques fois on n’a pas le choix, il faut « se jeter dans la boue » et je peux vous dire que mes chaussettes blanches s’en souviennent encore et ne me remercient pas.

Enfin nous arrivons au 3ème km, Audrey s’arrête et s’assoit. Je l’attends et lui dis de se relever mais elle n’y arrive pas de suite. Alors je la laisse derrière moi et avance à grand pas. J’arrive à dépasser quelques voleuses qui m’ont doublé et garde une bonne allure pour essayer de rattraper le retard. Encore une montée, je cherche sans cesse le panneau 4km mais ne le vois pas. Tant pis je dois garder mon rythme, je me retourne de temps en temps pour voir si j’aperçois Audrey.

Sans m’y attendre un homme crie « plus que 500 mètres », je retrouve le sourire et commence sérieusement à accélérer, il y a des caméras et je m’élance dans les airs pour prendre la pause, je pose le pied à terre puis sors enfin de la forêt. Plus qu’une dernière montée et j’entends crier « ALLEZ JULIE », je souris de toutes mes dents et tape un sprint sur 100 mètres doublant 4 personnes et là, le bonheur, je passe enfin l’arrivée et récupère avec hâte mon assiette bien méritée au bout de 35 minutes de course, le cœur battant à tout rompre

Signé : Julie


 

Les gendarmes et les voleurs et voleuses de temps,

Ambazac les 3 et 4 juin 2017

Il était une fois, (enfin, le 3 juin 2017,) toute une bande de joyeux voleurs et voleuses (18 si l’on compte les suiveurs et paparazzis), un peu cinglés, partis Direction Ambazac, retrouver les gendarmes sous une pluie battante. Cinglés oui, c’est bien le mot, quelle idée d’aller passer un week-end à se fatiguer à lutter contre les éléments et Dame Nature !!! Mais on est comme ça à l’ACB J

C’est donc le samedi 3 juin que Titi, Flo, Nat L., Steph, Marion, Audrey, Peggy, Pascal, Yannick, Fallou, Cédric, Nat P., Romane, Pauline, Marilyne, Joël, Julie et Agnès se sont donné le mot pour ce week-end Club ACB.

Arrivés sous des seaux d’eau, nous avons filé direction le retrait des dossards, les premières courses arrivant à grand pas. Marion n’a pas pu prendre le départ mais à 18h00 Audrey et Julie, étaient fin prêtes à en découdre avec les 5 km des gendarmes et c’est à leur arrivée, toutes 2 crottées, que nous avons pu mesurer leur ténacité. Course non classante qu’elles ont bouclé en 35 minutes environ.

Cette première journée touchant à sa fin, c’est après la traditionnelle pasta party que chacun regagna sa chambrée dans l’attente d’un lendemain bien chargé.

Ce jour si important du trail des 58 km arriva vite, pour certains dont la nuit fut bien courte, levés à 5h30, aie, oui le réveil, ça pique ; Ainsi Titi, Pascal, Steph, Fallou et Cédric prirent le départ à 8h00 précises, dans la brume matinale, précédés des gendarmes à cheval en costume d’époque, bicorne sur la tête. (Pour info, les dénivelés du Grand Trail du Limousin sont de 2410 m en positif et 2321m en négatif. Le bitume est principalement présent dans les traversées de villages ; il représente environ 6% de la distance totale, l’ascension totale cumulée étant de 2106 m).

Le reste de la joyeuses bande ayant pour mission de retrouver tous ces voleurs sur le parcours afin de leur prodiguer les meilleurs encouragements qu’il soit pour leur redonner force, courage et motivation.

Que de péripéties et rebondissements pour suivre nos courageux voleurs, qui de loin entendaient cris et cloches à leur approche, les autres participants n’en revenaient pas de tant d’enthousiasme et se laissaient aller à quelques commentaires, « et moi aussi, il faut m’encourager … », et les paparazzis ACB y allaient de plus belle à chaque nouveau coureur.

Gageons que l’ACB aura marqué tous les participants qu’ils auront croisés !

Tout ce petit manège jusqu’à ce que l’heure tourne et oblige les voleuses et le voleur des 10 km à regagner le point d’arrivée pour prendre le départ. Mais peu avant 15h00, nous avons eu la chance d’assister au passage de la ligne d’arrivée de Titi au bout de 6h51’30, Pascal pour une superbe performance en 6h57’23, Steph en 7h19’57 et Fallou le Saint Bernard de l’équipe dont nous avons loupé l’arrivée en 8h03’14 ; Cédric pris de douleurs fut contraint d’abandonner au 40ème kilomètre, mais quelle belle course malgré tout.

Départ du Trail Découverte de 10 km avec ses 600 mètres de dénivelé à 16h00, précédé lui aussi des gendarmes à cheval, et c’est parti pour une série de montées et descentes des plus glissantes, dame nature ayant laissé la veille derrière elle, terrains plus que glissants et boueux.

Yannick finira « vert » mais pas « humilié », 5ème de sa catégorie en 49’37’’, les jumelles : même temps (comme c’est bizarre) en 1h05’15’’ et notre triplette Peggy en 1h11’00’’.

Et voilà la presque fin d’un week-end club bien intense, à renouveler comme chaque sortie réussie dès l’année prochaine.

Signé : les jumelles

 
Le trail des gendarmes et des voleurs 

Trail 10KmsNath, Agnès, Peggy et Yannick

Trail 58 Kms

  • Thierry 6h51
  • Steph 7h19
  • Fallou 8h00,
  • Cedric (abandon au 40eme sur blessure pieds et tendons)
  • Pascal 6.57
  • Accompagnateurs / Flo, Nath, Pauline, Romane, Nath, Marion, Audrey, Agnès, Julie, Peggy, Yannick

Mon ressenti sur Le 1er trail (découverte): Depuis plusieurs qemaines, Alain (Perrier)nous avait concocté un plan pour ce
fameux trail, mon 1er trail…. Nous étions 5 membres de l’ACB à y
participer : Thierry, Cédric, Stéphane, Fallou et moi (Tchang).

Arrivée samedi début d’après-midi sous un déluge, une pluie torrentielle (Mary Poppins se serait régalée) qui n’augurait
rien de très bon pour le 5 kms

des filles en préparation.. A part, peut-être un grand bain de boue (Très bon pour la peau m’a-t-on dit)
Elle s’est bien déroulée malgré le temps. 

Puis, fut le temps du repas: Dîner du soir “pasta party” pour se mettre “dans le bain”…. qui s’est passé assez sagement ..peut-être qu’une petite montée de stress s’emparait déjà de nos
traileurs du 58… les filles nous ont rejoint, mettant une ambiance un peu plus conviviale… Il y eut la pluie, même jusque dans la nuit
vers 23h. Les Trails de 10kms et 58kms ressembleront plus à un mud day.
La nuit à l’hôtel fut assez courte car tout le monde avait “Sa” petite appréhension … Mon but, comme pour toute épreuve, était de le finir… Je me souviens, il y a 3 ans, pour mon 1er marathon, sans réel
entraînement, mon frère Fabien, m’avait montré une vidéo sur une habituée des grandes courses qui eut un problème sur les dernières centaines de mètres. Elle finissait sa course en rampant sur le
bitume. C’était extraordinaire à voir…J’étais ému et rêverai d’un pareil final. Il faut vraiment en vouloir, que la tête et l’esprit
dépassent la fo

rce du corps humain. Je pus le finir en 4h47…un peu long mais le but était d’arriver au bout… pas avec la même beauté du geste malheureusement.

Maintenant, un nouveau défi se profilait à l’horizon. ..un trail de 58km. Par contre, cette fois-ci, mon corps était préparé suivant un plan fait par coach Alain ; et titi, Cédric et Steph m’ont promené 2 fois en forêt… Où ils m’ont fait partager leurplaisir de la grimpete et des descentes à se déchirer les pattes…j’étais à la traîne, j’avais perdu ma langue (en fait, j’essayais de garder de l’air pour ne pas
avoir une syncope)… Je les suivais mais sentais un gros doute m’envahir. ..”Ça ne va pas être du gâteau “…un comble pour un gourmand comme moi…
Retour à la réalité, dimanche matin 7h15, 45mn avant le départ… Nous 5, attendionsle moment fatidique où, nous partirions à
la conquête de ce fameux trail. .. Nathalie m’a regardé et a compris que je n’etais pas bien “dans mes baskets”.
Je m’imaginais déjà rampant dans la boue pour le finir…
8h : le départ est donné. ..je suis avec Fallou, nous sommes partis à la cool. Je vois Steph s’éloigner et ne vois plus, ni Titi
ni Cédric … Je n’avais qu’une idée en tête “ne te crame pas” suit le troupeau et ça ira. Je regardai mes pieds…il ne faut pas te blesser…
Je gardais un rythme constant jusqu’au1er ravito au 18eme km, j’avais perdu Fallou mais ai retrouvé Steph. Je pris mon temps pour boire et grignoter quelques pâtes de fruits (titi m’avait dit :
“surtout, bien respe

cter les pauses ravito, elles te requinquent). Je repartis de plus belle et suivais Steph, qui était 100m devant moi. Je gardais la distance. .. Puis Steph a commencé à ralentir, je l’ai rejoint.
Nous avons fait un petit bout de chemin ensemble. Nous arrivions sur une petite route. Des femmes hystériques scandaient nos prénoms…mais c’était l’ACB, nos “Girls power” qui mettaient du
rythme à la course…tous les autres participants nous regardaient, envieux de nos supportrices et paparazzis. ..il y en a même 2, collés à “mes baskets” qui m’ont
dit en plaisantant “Tu ne veux pas partager”..avec un grand sourire, je leur ai répondu “désolé, elles sont à nous et nous ne partageons pas”, en montrant en même temps, mon tee-shirt du club.

En voyant nos supportrices, je me sentais “gonfler à bloc”, prêt à en “découdre” jusqu’au bout. .. J’avais avec moi, mon smartphone. Il était dans mon sac à dos. Je n’y touchais pas…c’était juste au cas où.
J’entendais le bruit des messages whatsApp. .mes voisins de course aussi. Je leur disais “ce sont nos supportrices qui n’arrêtent pas et n’arrêterons pas jusqu’à l’arrivée de nous encourager. “Vous avez de la chance” m’a t- il dit. Je l’ai regardé avec un long sourire et lui
ai dit “Tu n’imagines

même pas tout ce que nous allons faire après”…il est resté bouché bée. …et moi, ça m’a donné de l’élan pour grignoter quelques autres kms. Au ravito du 39eme km, nos supportrices étaient toujours présentes… Quelle pêche elles avaient… Et nous, nous nous abreuvions de leur puissance émotionnelle… Je me sentais requinqué à nouveau…
Agnès a couru un peu avec moi, en me disant, c’est bien scalou, plus que 18km… 2/3 déjà fait… Vu comme ça, ça semblait bien parti. Flo remplit mon sac à dos d’eau, et en partant du ravito, je vis Steph
arriver. ..il semblait aller mieux. Au 40eme km, je retrouvai Cédric, qui malheureusement, commençait à avoir des douleurs aux pieds et tendons. Je fis un peu de chemin avec lui…puis m’eloignais tout  doucement, sur le même rythme. ..
Là, vraiment, j’étais bien…le corps suivait, la tête, l’esprit de groupe, la main de l’ACB me tirait en avant pour ne plus me lâcher. Je commençais à ressentir quelques douleurs au genou gauche (à cause d’une descente très raide et très rapide), des cailloux invisibles qui se glissaient dans ma chaussure droite…les 8 derniers km étaient un peu plus dur à avaler…je glissai ma douleur dans un des tiroirs de mon esprit et continuai à courir en regardant mes pieds (si vous saviez à quel point ils sont moches…mêmes plus monstrueux
qu’avant)..mais bon, le principal est qu’ils “tiennent la route”…
Il reste 2km, je reprends du “poil de la bête”. mes pieds accélèrent ….
Je grapille des places en doublant quelques traileurs. ..puis…face à nous, des grandes marches.. .pas beaucoup mais assez pour nous casser les pattes. Tout le monde y va en douceur, comme un
gâteau que l’on savoure…moi aussi je suis gourmand. .mais là, je veux en finir…je commence à courir sur ces marches.. . J’ai bien dit commence, le corp

s a du mal à suivre..je gravis une à une les marches
Et arrivé en haut, il ne restait plus qu’un tour de piste..et en descente s’il vous plaît ..je l’ai pris à fond…et suis arrivé vainqueur de moi-même et heureux enfin, car sachant mon 1er trail fini et grâce à
notre équipe, nos supportrices et paparazzis… le coeur du club nous avait bien suivi tout du long moralement. .

Signé : Pascal (Tchang)

[ngg_images source=”galleries” container_ids=”49″ display_type=”photocrati-nextgen_basic_thumbnails” override_thumbnail_settings=”0″ thumbnail_width=”240″ thumbnail_height=”160″ thumbnail_crop=”1″ images_per_page=”70″ number_of_columns=”3″ ajax_pagination=”0″ show_all_in_lightbox=”0″ use_imagebrowser_effect=”0″ show_slideshow_link=”0″ slideshow_link_text=”[Montrer sous forme de diaporama]” template=”/data/wordpress/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/ngglegacy/view/gallery-caption.php” order_by=”sortorder” order_direction=”ASC” returns=”included” maximum_entity_count=”500″]

TRAIL DES COURSIERES

13 mai 2017 – TRAIL DES COURSIERES – Mon premier ultra de plus de 100km bouclé !

Bonjour à tous,

Il y a un peu plus de 2 semaines je m’élançais sur mon premier trail de plus de 100km, le Radicatrail, un trail normand de 114km et 3400m D+. Blessé aux genoux une bonne partie de l’hiver, j’avais repris l’entrainement doucement 4 semaines avant l’échéance. Trop peu pour espérer aller au bout de ce trail bien surnommé « Radicassant » (effectivement très cassant pour les jambes et le mental).  Bilan, arrêt au 58ème km avec une méchantes crampes au mollet droit que j’ai traînée 20 bornes. L’objectif de ce trail était de glaner les 5 points UTMB promis aux finisher.

Un peu frustré par ce résultat, j’ai donc décidé de prendre ma revanche 2 semaines plus tard sur le trail des Coursières sur les hauts du mont Lyonnais. Un 102km avec 4000m D+ et toujours les 5 points UTMB comme objectif.

Je me suis donc retrouvé, avec ma compagne, au départ de ce trail samedi  13 mai à 5h00 du matin.

Après un départ prudent dans la nuit, nous commençons mal est ratant une balise et en suivant un groupe d’une trentaine de coureurs… avant de nous apercevoir quelques centaines de mètres plus loin que l’on n’est plus sur le parcours… C’est ça aussi le trail 😉 Retour arrière, on revient sur le parcours, un peu agacés par la perte de temps, vu les barrières horaires serrées imposées sur les premiers ravitaillements. Mais ce n’est que le début de course, il reste encore beaucoup d’heures de courses en perspective.

Le premier ravitaillement intervient à Yzeron, au km 26 après 1180mD+. Bouclé en 3h45, tout va bien, pas de pépin particulier. Je recharge en eau et repart vers Duernes avec en ligne de mire la première barrière horaire en ligne de mire. La barrière est fixée à 5h30 de course pour 36km et 1600mD+. Nous passons avec quelques minutes de retard mais l’organisation nous autorise à repartir. Sympa.

Pour le coup, nous repartons en gérant un peu mieux l’allure, jusqu’à la barrière suivante située à mi-course environ, au km 54,5 et 2046m D+. La barrière est fixée à 8h30 de course. Sur les coups de midi nous prenons une grosse averse et nous retrouvons trempés. Les chemins étaient déjà très boueux. Là on est carrément dans la version « mudday » ou « Barkley’s » de la course. Nous passons finalement la barrière horaire du 54ème km avec un bon quart d’heure d’avance. Notre sac laissé au départ, nous attend avec des vêtements secs et des ravitaillements (barres, gels).Je me change et là, je me rends compte que j’ai le dos totalement irrité par la transpiration et le sac de trail. La sensation de brûlure est forte et je dois redoubler d’effort pour enlever le tee-shirt mouillé qui est littéralement collé à ma peau. Ça m’était arrivé déjà aux Templiers mais pas à ce point là. Je me dis que ça risque d’être handicapant pour la suite. Il reste 49km et 2000m D+ encore…
Nous repartons finalement de la base de vie, à l’assaut de la montée vers Le Carteron (66ème km).

Là les jambes commencent à donner des signes de grosse fatigue. Le mental commence à cogiter. Le Radicatrail d’il y a 2 semaines est encore dans les jambes. La phase de récup’ a été courte. Heureusement, ma compagne a encore du jus et m’entraine dans sa foulée. On court encore dans les descentes et sur le plat. Obligés sinon la prochaine barrière horaire, fixée à 13h au 76,6km ne sera pas franchie à temps.

66ème km, Ravito n°4. 11h18 de course. Nous repartons de suite (un plein d’eau seulement en 2mn) vers la prochaine barrière horaire à 76,6km et 3000m D+ à franchir en 13h00 maximum. Il nous reste donc 10 bons km et environ 300m D+ à faire en 1h40. Cela parait largement jouable en temps normal mais là on est sur un terrain couvert de boue. Les descentes sont de vraies patinoires, dangereuses. Les montées ardues (glissades assurées). Le dos me brûle et les orteils commencent à taper fort dans les chaussures tandis que mes pieds semblent maintenant bien trop gros pour mes chaussures ;-)… Bref, les effets de la distance et du dénivelé accumulés commencent sérieusement à se faire sentir. Le mental n’est pas non au top, mais je m’accroche en me disant qu’une fois au km76 le gros du parcours aura été fait et il ne restera qu’une grosse difficulté à avaler.

Finalement, nous arrivons au km 76,6 en 13h02, soit 2mn après la barrière fixée. Les organisateurs, voyant que malgré tout nous courons toujours ma compagne et moi, nous laissent repartir.

Au 86ème km nous passons encore une fois juste niveau barrière horaire. 15h16 de course,  3300mD+. Cependant, les jambes sont revenues. C’est simple, quand je cours je ne les sens même plus. J’en profite pour trottiner des les portions plates et descentes malgré le terrain pourri. Les peids font vraiment mal mais sur le moment je n’y attache pas d’importance. Il ne reste plus grand-chose avant la délivrance.

La nuit tombe, on remet la frontale. Et c’est parti pour la dernière portion.

Nous avons maintenant 1h45 pour rejoindre le prochain et dernier ravito et aussi dernière barrière horaire !

400mD+ et 7,5km plus loin voilà le dernier ravito. Une petite lueur au loin dans la nuit. J’y attend ma compagne qui est quelques dizaines de mètres derrière. Il faut qu’on passe la ligne ensemble !

On repart rapidement de ce dernier ravito, heureux de savoir maintenant que l’on va aller au bout ! Il est 21h45. Il fait nuit, l’orage gronde et quelques gouttes commencent à tomber. Nous nous relançons dans la forêt pour cette dernière portion. Un organisateur, Georges, nous rejoint vite pour nous accompagner sur les dernier 9km.

La dernière montée nous rappelle furieusement la montée vers Le Cade aux Templiers. Des rochers énormes que l’ont grimpe  4 pattes ! Aux Templiers j’avais fait ça également de nuit. Mais au sec…

Finalement, après les interminables derniers kilomètres, nous franchissons la ligne, heureux, en 18h53. Il est près de minuit. Nous courons depuis 5h du matin ! 102,3km, 3882mD+.

Mon corps est une immense courbature ! Mais content d’être venu à bout de ce premier trail de plus de 100km, de plus sans vraiment de préparation ! Promis, la prochaine fois je me préparerai mieux. 😉

Bilan :

Un trail magnifique, des paysages superbes et une organisation parfaite avec des bénévoles vraiment sympas.

Une course éprouvante physiquement et moralement. J’ai beaucoup appris sur moi-même pendant ces heures sur les sentiers, notamment que les moments difficiles sont toujours passagers et que les jambes finissent toujours par revenir à un moment ou un autre. Donc, s’accrocher dans ces moment là, ne rien lâcher et se dire que « ça va revenir ».

3 jours après cette course, les courbatures ont disparues. Les jambes vont bien. Reste à bichonner encore mon petit orteil droit toujours un peu sensible (ongle noir). Côté irritations et brûlures sur le dos, elles cicatrisent et ça va déjà beaucoup mieux. Je vais devoir régler ce point pour les prochaines échéances et trouver une solution pérenne pour éviter ces échauffements et irritations dues à la transpiration.

Prochain trail prévu le 17 juin. L’utra Trail de Samoens, un 85km avec 6400m D+. Avec des paysages magnifiques en perspective et des passages à 2600m d’altitude.

A bientôt

Jean Luc