La route du Louvre 2016

 » Lettre à  mon coach.

Cher Coach,

Voici 13 semaines que tu m’€™accompagnes 4 fois par semaine à travers ton plan d’€™entrainement course à pied, tout en y ajoutant des séances de natation et de vélo… eh oui, je suis rentré dans le triathlon avec une complémentarité des sports que je découvre chaque semaine.

Début décembre, on s’€™arrête sur le marathon de la route du Louvre (entre Lille et Lens). Mon 14ème marathon avec un record personnel à  battre, réalisé à  Nantes en 2012 en 3h08mn09s  (Lap1 était déjà  à mes côtés).

Chaque séance, tu avais mon compte rendu de séance car ma vie pro ne me permet pas, à  mon grand regret, de faire les séances sur la piste de Beauchamp.

A chaque séance, j’™avais ton retour par mail (avis, conseils, encouragements, diagnostic médical :))

Des séances à 90% sur route, en solitaire, sous la pluie, le vent, le froid accompagné par une bonne bronchite qui m’€™a cloué sur place pendant 10 jours.

2 trails pour faire des sorties longues : MaxiCross de Bouffemont et le trail des sangliers

1 semi en préparation ou plutôt un enchainement triathlon : 90kms de vélo + 25kms de la Frette sur seine et 1000m de natation

Ah la Frette et ses douleurs dans le pied gauche que je traine depuis 3 semaines… mais tu as été là  pour me soigner, m’™accompagner, me préserver !

Aujourd’hui 17 avril à 9h30, je prends le départ avec mes amis : Lap1, Bruno et Titi dans la tête car malheureusement son ischio l’€™a lâché il y a 1 semaine.

Le temps est ensoleillé avec un ciel bleu peu nuageux, des températures fraiches (5° au départ) et un vent nord ouest qui devait nous pousser dans le dos (d’après notre Alain Gillot Pétré de l€’ACB… il se reconnaitra).

1kilo en 4’€™25, puis 4’€™15, puis 4’™21, puis 4’™17 et au 5kms en 4’21 et là ma gène au pied apparait. Pas de tracas, je l’€™emmenai jusqu’à la ligne d’arrivée.

Je me retrouve avec 4 gars jusqu’au 15ème kilo où nous sommes rattrapés par un groupe d’™une vingtaine de coureurs qui accompagnement la féminine régionale de l’étape (elle finira 3ème de la course en 3h05).

A cet instant, je joue la prudence et me cale au milieu du groupe en prenant de temps en temps des relais… au fil des kilomètres, le groupe diminue et nous sommes plus que 7 quand je les lâche au 35ème kilo où mes ischios commencent à souffrir. Je me retrouve seul face au chrono, face à mon record personnel, face au vent mais jamais dans le doute !

La fin du parcours sera en faux plat montant du 37ème au 40ème km puis une bonne côte de 2 kms, la preuve avec le tempo où je passe d’€™une moyenne de 4’€™18 / 4’€™20 à 4’€™30 / 4’40. Je l’€™ai haïe cette côte et tu connais mon amour pour les côtes.

A 1 km de l’€™arrivée, j’aperçois Titi qui terminera la course avec moi, tout comme il l’™a termine avec Lap1 et Bruno, un dernier coup de boost et un oeil sur  le chrono… je tiens mon record personnel !

Je passe la ligne en 82ème position avec un chrono de 3h06mn52s… je ne réalise pas sur le coup et mais en une fraction de seconde et en regardant le panneau le temps s’affiche… j’€™ai la banane !

Mon cher Coach, un immense MERCI pour cette préparation de folie… ta sagesse et ton écoute permanente.

Le potentiel est là  et je vais continuer pour grapiller les minutes qui me rapprocherait du temps mythique sur marathon !

Coach, je n’€™oublie pas de remercier l’€™ensemble des personnes du club qui m’€™ont soutenu, la petite rivalité entre l’équipe B de Cheverny et l’équipe A du Louvre, Cathy pour l’€™organisation du weekend, et ma femme et mes enfants qui me soutiennent tous les jours sur ma passion sportive.

Coach, MERCI, MERCI, MERCI…

Je t’embrasse…

Sportivement, Grand Séb « 

IMG_1530IMG_1541

IMG_1543

seb

lap1

3 thoughts on “La route du Louvre 2016”

  1. Félicitations les copains. Mon seul regret est de ne pas avoir pu participer à ce marathon avec vous. Si l’un dans vous se sent d’attaque, je vais courir le Marathon du Finistère qui est programmé le dimanche 26 prochain.
    Bonne récup à vous trois.

  2. bravo à vous. Un marathon n’est pas une course comme les autres, pas le droit à l’ erreur !
    On ne sait jamais, malgré la meilleure préparation du monde, comment cela va se passer. Terminer c’est là que se trouve le succés.

    Si le chrono est aussi là c’est champagne, profitez du moment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.