Un chauve au sommet du mont « Chauve »

15e édition de ce Trail du Mont Ventoux (Vaucluse).

20170319_113556

3 distances proposées au départ du beau village de Bédoin : 15, 26 et 46 km avec 1139 inscrits sur le 46 km (dénivelé de +2036m). Le profil du parcours pourrait se résumer en 21 km d’ascension jusqu’au sommet (1911m) par la partie septentrionale avant de basculer pour 25 km de descente parsemés de raidillons et de quelques pierriers par le versant méridional.

Profil 2

La température douce du départ (10°C) se rafraîchit au fur et à mesure de la montée. Après 3h33 de course (et de marche) le sommet est franchi. A ce moment, le coupe-vent est indispensable. Heureusement, le soleil est également bien présent et dans la partie méridionale, moins exposée au vent, la température remonte rapidement. Une halte ravitaillement à proximité du fameux Chalet Reynard (repère très connu des cyclistes) et la descente devient beaucoup plus technique. On ne cesse de descendre pour mieux remonter. Pour moi, cette descente fut aussi longue que la montée puisque l’arrivée sera franchie en 7h06’40 ».

Rassurez-vous, au final, on ne retient que les bons souvenirs (vue magnifique sur la Provence, les Alpilles)

Enfin, un grand merci à tous pour vos messages de soutien et d’encouragement.

Le Yéti.

Ronde du Hibou

Ronde du Hibou : belle prestation de l’ACB !!!

RdH Podium général

24 marcheurs nordiques étaient au départ de l’épreuve Marche Nordique de la Ronde du Hibou ; l’AC Beauchamp étant plutôt bien représenté puisque six participants (Corinne DUCAMP, Colette VARET, Patricia HESSE, Pierrette ORGAER, Jean-Paul HUBERT et moi-même) étaient de la fête.

C’était un très beau parcours de 12 km à travers la ville et les différents parcs qui la composent avec en toile de fond et contrairement à ce qu’annonçait Météo France, un magnifique soleil et une extrême douceur pour un début mars.

En revanche, un circuit très technique fait de belles côtes et de descentes abruptes dont une succession d’escaliers à escalader et à dévaler (1000 marches selon les organisateurs) auquel nous n’étions pas préparés même si nous avions participé à la course de marche nordique de Bouffémont il y a une quinzaine de jours. Même nos entraîneurs ont été surpris par la difficulté de ce parcours… Jamais un parcours n’avait semblé si difficile aux dires des participants des différents clubs qui concouraient.

L’essentiel était de participer mais surtout de terminer la course : cinq personnes ont dû abandonner ; deux autre disqualifiées pour s’être trompées dans le parcours.

Et finalement, l’AC Beauchamp s’est plutôt bien distingué puisqu’en catégorie femme, Colette est arrivée première, Corinne deuxième et Patricia (de plus en plus impressionnante) aurait dû être sur la troisième marche du podium si une participante ne l’avait coiffée sur le poteau en soutenant un rythme plus proche de la course que de la marche … Son leitmotiv étant d’expliquer qu’habituellement elle marchait à 7,5 km/h en moyenne … Ce qui ne justifie en rien son comportement.

Quant à Pierrette, elle est arrivée heureuse d’avoir terminé et surtout d’avoir parcouru la distance sous la barre des 1h55 (1h54′ 25″) qu’elle s’était fixée au départ de la course.

Enfin chez les hommes, Jean-Paul est arrivé premier, Michel AUBRY (Franconville) deuxième et moi troisième … Je dois dire que je ne m’y attendais vraiment pas et que je n’en reviens toujours pas …

En tous cas, nous sommes repartis fourbus mais contents d’avoir porté haut les couleurs de l’AC Beauchamp dans un esprit d’équipe qui nous caractérise et surtout caractérise le bel état d’esprit sport-loisir de notre club !!!

Frédéric ORGAER

Semi Marathon de St Witz

Un temps magnifique pour une des plus vieille course de France. St Witz organisait cette année la 39ème édition de son Semi Marathon.

profil st witz

Une course très agréable mais très vallonnée. Un départ piégeux parce qu’extrêmement rapide dans une descente de 2 kms. Les jambes deviennent vite lourdes dans les 3 montées du parcours à enchaîner sur les 2 boucles.

L’AC Beauchamp était présent sur cette course. Avec une lutte interne entre les 2 V2 de l’équipe. Georges devancé par Bruno à Bernes, était à St Witz pour prendre une petite revanche…

IMG_2682

st witz

Une très bonne récup à Lapin qui n’a pas pu boucler la course à cause d’une douleur à une cuisse.  Ce n’est que partie remise pour un prochain podium.

Pronateur, Supinateur, quel coureur êtes vous ?

            Vous avez tous un jour vécu cette situation. Vous vous rendez dans votre magasin de running ou dans une grande enseigne de sport pour chercher votre première paire de running. Un vendeur s’adresse à vous et vous demande : votre foulée est plutôt pronatrice, universelle ou supinatrice ? A ce moment, un nouveau champ sémantique s’offre à vous. Celui de la biomécanique humaine.

Alors, quelle importance accorder à ces chaussures et à leurs différents moulages. Le premier est très simple et essentiel à la pratique du running à long terme. Ne pas se blesser !!!!

Décodons maintenant les étapes à franchir pour déterminer votre type de foulée.

1- L’observation de vos anciennes chaussures

L’examen de ces dernières est très délicat. S’il s’agit de chaussures de ville, leur utilisation en voiture ou dans certaines postures peuvent user les bords extérieurs sans pour autant que cela corresponde à un type de foulée pendant la marche.

Pour l’analyse de vos anciennes chaussures de running, il faut prendre en compte le type de foulée de la dite chaussure et en déduire par son usure, votre foulée.

2- Le podoscope

En aucun, il ne doit être le seul outil diagnostic pour déterminer votre foulée.Pourquoi ? Tout simplement car c’est un outil de mesure statique et non dynamique. Vous montez sur un plateau et par réflexion, on observe quels sont vos points d’appui podaux (en surbrillance). Il peut être une aide ou donner une orientation pour le choix de vos chaussures mais il ne peut déterminer précisément votre foulée.

3- L’analyse sur tapis de course

L’examen de référence à mon sens. Il présente un seul biais. La non prise en compte de la fatigabilité et donc du “tassement“ de sa foulée dans le temps. Pour contrecarrer cet effet, n’hésitez pas à aller trottiner 30 minutes avant de réaliser ce genre de tests sur tapis.  Du coup, l’analyse sur tapis sera l’image la plus véritable de votre foulée en prenant en compte le temps passé pendant la course.

C’est un test dynamique à réaliser pied nus pour commencer afin de connaître parfaitement votre type de foulée.

4- Les types de foulée

 Avec l’explosion du running et des marques qui gravitent autour, le modèle le plus approprié existe. Il faut juste être bien conseiller afin de le déterminer. Sur le principe, les chaussures de running adoptent une semelle s’opposant à votre tendance de foulée afin d’économiser au mieux les zones qui seraient normalement hypersollicitées. Par exemple et en raccourci, les chaussures pour coureur hyperpronateurs vont disposer d’une cale sous l’arche interne du pied. Les chaussures pour supinateurs auront un renfort situées sous l’arche externe afin d’éviter l’écrasement du pied sur l’extérieur à chaque foulée.

 

Voici  quelques vidéos représentant une image fidèle des 3 grandes familles de foulée existantes.

a- Universel ou pronateur normal

http://www.youtube.com/watch?v=WSw-w3LtLUo

b- Pronateur ou hyper-pronateur

http://www.youtube.com/watch?v=hzM0-9vILcA

c- Supinateur

http://www.youtube.com/watch?v=76qKAyUNezs

5- Quelles conséquences en cas de port de chaussures mal adaptées ?

            Je ne vais pas pouvoir rentrer dans le détail de toutes les pathologies liées au port de chaussures inadaptées. Mais je vais illustrer mon propos par un exemple de plus en plus courant chez les runners: le syndrome de l’essui-glace.

            Dans l’hypothèse où vous seriez un coureur supinateur (proportionnellement le moins souvent rencontré chez les runners), et que vous adopteriez une chaussure universel à pronateur voire une chaussure pronatrice, voilà ce qui risque de se passer.

1- Lors de chaque foulée, votre appui se situe sur le bord extérieur du pied.

2- La semelle située à l’intérieur de la chaussure (arche interne) va renforcer l’appui sur l’extérieur du pied

3- Un petit os (cuboide) situé sur l’arche externe risque d’être hypersollicité en pression ( première zone douloureuse possible)

4- Vous allez augmenté l’adduction du genou, c’est à dire que vous allez tendre les muscles passant en pont au dessus de l’interligne externe du genou. Conséquence de quoi, vous risquez d’avoir la bandelette de Maissiat qui va frotter sur un petit tubercule osseux situé sur le bord externe du genou (Syndrome de l’essuie-glace)

5- Adaptation de la hanche et des muscles s’y insérant …..

En conclusion, je ne peux que vous conseiller de choisir vos chaussures avec des personnes compétentes afin de ne pas vous tromper dans ce choix crucial qui risquerait de vous stopper pour cause de blessure dans un temps relativement proche.

Bon run à tous !!!!

Fabrice Bedin, Ostéopathe DO – Saint leu la forêt (95320)